Avis d’information
Préfiguration de la Smart Métropole
Partager
Territoires intelligents

Présentation du marché

Le présent marché cible le déploiement d’une solution numérique Smart City et la réalisation de cas d’usages exploitant le potentiel de l’internet des objets dans le champ des compétences métropolitaines et au service de Directions et problématiques métiers.

L’objectif de ce marché de préfiguration est d’avoir un système complet préfigurant la Smart Métropole intégrant six cas d’usage et collectant et centralisant les données sur une plateforme IoT proposant des indicateurs et tableaux de bord pertinents sur une durée d’exploitation de 3 ans maintenance incluse.

Mise en œuvre d’une solution numérique Smart City

La Métropole souhaite se doter d’une solution numérique Smart City. La prestation attendue comprend la fourniture, le déploiement, la maintenance, la sécurisation et l’hébergement d’une solution logicielle dédiée à l’internet des objets et au monitoring urbain.

La solution numérique devra intégrer les fonctionnalités inhérentes à une « plateforme IOT (Internet of Things). A savoir une plateforme en capacité d’intégrer, monitorer et exploiter un ensemble d’objets connectés (ou capteurs). Elle devra permettre de :

  • Ajouter, supprimer et modifier et monitorer des capteurs.
  • Fournir les informations essentielles à ces derniers (identifiant, type, localisation…).
  • Observer leur l’état (en fonction des capacités des capteurs à le faire : état, batterie, dysfonctionnements…).
  • Décoder les données (trames) des capteurs : recevoir, stocker et exploiter les données.
  • Recevoir des données montantes « uplink » et le cas échant, donner des ordres descendants « downlink ».
  • La solution devra plus largement permettre de collecter, stocker, sécuriser, traiter et exporter les données des capteurs à travers une interface de programmation
  • Proposer des systèmes d’alerte en fonction de l’état du système et des capteurs

La solution numérique attendue est dite « multi-technologies », elle devra être en capacité d’intégrer et exploiter des capteurs de différentes typologies et issus de différents types de réseaux de connectivité basse et haute fréquences, comme Lora, SigFox, LTE-m, nb-IOT ou encore la 3-4-5G. La solution devra notamment permettre d’intégrer et traiter :

  • Des capteurs « internes » issus du projet et de la réalisation des cas d’usages.
  • Des capteurs « externes » provenant de réseaux de connectivité et infrastructures préexistants.

La solution numérique attendue devra intégrer les fonctionnalités inhérentes à ce qui est communément attendu en matière de « superviseur ». A savoir créer des services numériques finaux, prenant la forme de tableaux de bord (dashboarding) et d’interfaces utilisateurs à destination des Directions métiers et/ou du grand public. Ces services numériques devront permettre d’observer et monitorer les capteurs et leurs données. Les fonctionnalités devront intégrer :

  • Différentes formes de représentations graphiques des capteurs : listes, tableaux, cartes … intégrant des fonctionnalités avancées en matière de mise en page.

  • Différentes formes de représentations graphiques des données des capteurs : data visualisations riches et variées comme des graphiques, des tableaux, des camemberts, des courbes, des cartes…) ; intégrant des fonctionnalités avancées en matière de mise en page et de filtres des données, avec choix des champs exposés (valeurs).
  • L’exposition de « séries temporelles » permettant, en fonction de la granularité des données, d’exposer ces dernières à des mailles différentes (par minute, 20 minutes, heure, journée…).
  • La géolocalisation des capteurs sur des cartes permettant de fournir les informations techniques et les données de ces derniers.
  • De manière native ou par des développements complémentaires il devra être possible d’afficher des tableaux de bord dans des sites web ou des applications tierces à travers des mécaniques de code embarqué dit « embed » (inclusion de code JS / IFRAME / …) ou d’APIs.

Réalisation de cas d’usages

Les démarches préalables réalisées en interne auprès des Directions métiers de la Métropole et des territoires ont permis d’identifier des cas d’usages liés à des compétences métropolitaines stratégiques. Ils sont tous portés par des Directions métiers associées au projet.

Les cas d'usages consistent à exploiter le potentiel de l’internet des objets pour construire de nouveaux services numériques accessibles aux Directions métiers et dans une moindre mesure, au grand public, notamment à travers la création de tableaux de bord (monitoring).

Tous les cas d’usage présentés ci-dessous sont liés à la mesure d’impacts environnementaux et à ce que l’on appelle plus largement le monitoring urbain environnemental.

  • La fourniture, l’exploitation et la maintenance des objets connectés sur la durée du marché.
  • L’installation des objets connectés sur site dans le respect des réglementations en vigueur,
  • La location de la connectivité réseau nécessaire.
  • L’intégration des différents capteurs dans la solution numérique Smart City.
  • Une garantie des équipements d’une durée de 36 mois à compter du service fait (installation).
  • Des fonctionnalités de supervision (dashboarding).
  • La réalisation des services numériques associés à chaque cas d’usage pour les Directions métiers et pour le public
  • L’exploitation des données des objets connectés (visualisation, export...).

Monitoring des niveaux des points d’apport volontaire (PAV)

Déploiement de capteurs de mesure du niveau de remplissage des points d’apport volontaire verre et multi-flux (verre et EMR biflux et ordures ménagères)

La question de la mesure du niveau de remplissage des points d’apport volontaire (verre et multis) n’est pas nouvelle, en effet des expérimentations sur ce sujet ont déjà été effectuées sur le territoire ont déjà été menées il y a une dizaine d’années montrant globalement un manque de suivi, de fiabilité dans la remontée des données et un manque d’adéquation avec les contraintes métiers. En revanche, les technologies ont évolué (capteurs, batterie…) et permettent aujourd’hui de pouvoir préfigurer un déploiement plus pérenne et frugal sur le plan financier.

La Direction métier souhaite ainsi pouvoir optimiser la gestion des PAVs et se projeter notamment en identifiant des zones à forte volumétrie et leur saisonnalité et à travers une connaissance accrue des périodes de collecte pour les PAVs (secteurs éloignés, sites à forte fréquentation).

Monitoring des flux vélos et piétons

Ce cas d’usage s’inscrit dans le cadre du Plan de mobilité et du Plan Vélo de la Métropole au service du renforcement et du soutien aux modes de déplacement actif. En effet au sein de ce plan vélo, la Métropole a posé des objectifs fort en matière de développement de l’usage du cycle. Pouvoir évaluer par des comptages l’évolution de cette politique et mieux comprendre la mobilité à vélo actuelle sont des outils précieux pour atteindre les objectifs fixés par la Métropole.

L’objectif est donc de pouvoir disposer de compteurs connectés dédiés à la mesure de trafic piétons et cycles. Les compteurs doivent être des dispositifs permanents de manière à demander un minimum d'entretien.

Monitoring du bruit

La métropole AMP souhaite déployer un réseau de capteurs de mesure du bruit pour compléter les données bruit issues de la métrologie collectées dans le cadre de l’Observatoire Métropolitain de l’Environnement Sonore. Cette démarche au sein de laquelle la MAMP s’est engagée en 2019, vise à :

  • Compléter les éléments de la cartographie du bruit de la MAMP,
  • Appréhender l’évolution de l’environnement sonore dans le cadre de grand projets
  • Apporter une meilleure connaissance qualitative de l’environnement sonore
  • Mieux comprendre la perception des riverains affectés par le bruit
  • Informer les différents publics,
  • Fournir des outils d’aide à la décision
  • Traiter les secteurs à enjeux du territoire et préserver les zones calmes.

Monitoring du niveau et de la qualité des eaux en rivière

Conformément à la « loi MAPTAM », la Métropole exerce la compétence « gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations » (GEMAPI). Dans ce contexte, et en complémentarité avec le plan littoral et le livret bleu, il est proposé de dédier un cas d’usage à la GEMAPI. Ce cas d’usage doit permettre de déployer et exploiter des stations de mesure de qualité des eaux de surface et de débit des cours d’eau. L’objectif est de mettre ces capteurs sur des nœuds qui permettront à la Métropole d’avoir une évaluation globale des paramètres mesurés.

Monitoring d’un système d’éclairage public

La compétence éclairage public est en cours de transfert à la Métropole. Des situations hétérogènes sont constatées sur le territoire entre les différents niveaux de collectivités. Métropole, Conseils de territoire et communes opèrent ainsi variablement tout ou partie des infrastructures d’éclairage public.

Dans ce contexte la Métropole souhaite expérimenter la mise en œuvre d’un système de monitoring d’éclairage public sur une ou deux communes du territoire.

Concrètement, l’objectif de ce cas d’usage est d’équiper une petite quantité d’armoires afin de permettre la télétransmission et le monitoring de ces dernières à distance.

Le cas d’usage doit ainsi permettre de mesurer les contraintes et opportunités du monitoring à distance de l’éclairage dans le cadre de la compétence afférente.

La Métropole Aix-Marseille-Provence, territoire d’expérimentation

En lien avec son rôle d’accélérateur d’innovation, la Métropole souhaite réaliser un cas d’usage nouveau et innovant. Le cas d’usage devra tirer le meilleur parti de la plateforme numérique Smart City et du potentiel de l’internet des objets. Sa finalité devra s’inscrire dans le champ des compétences métropolitaines. Les sujets de territoire résilient et/ou inclusif pourront être traités.

Ce cas d'usage innovant est à proposer par le répondant du marché.